Académie Royale des Arts Rabat

ACADEMIE ROYALE DES ARTS – ETUDE 2007

Le Maroc constitue un exemple unique de part sa situation géographique et son histoire issue des brassages des cultures et civilisations phéniciennes, berbères, arabo-musulmanes, africaines et occidentales. De cette fusion exceptionnelle, il en a tiré largement parti et  constitué, au fil du temps, un arsenal d’artisanat  et de  techniques  séculaires qui révèle un vocabulaire intemporel riche et nuancé.

Dans un tel contexte, construire l’Académie Royale des Arts  nous donne en tant qu’architectes, l’obligation de participer à l’écriture de l’histoire contemporaine de la société marocaine. Le propos étant de trouver un juste équilibre entre l’internationalisme et le régionalisme critique en  évitant le pastiche et le formalisme facile.

Le site choisi pour la nouvelle Académie Royale des Arts est un lieu de mémoire qui a abrité la résidence du protectorat français au Maroc. Le maréchal Lyautey qui l’avait faite bâtir dans les années 20 par l’architecte Laprade, a voulu à travers ce bâtiment, illustrer l’alliance entre l’art déco européen et l’architecture traditionnelle marocaine, donnant ainsi naissance à une expression artistique unique en phase avec son environnement culturel et social. Une démarche réussie, à suivre et qui a su ne pas s’arrêter  à des aspects superficiels ou simplement de style et reste aujourd’hui encore d’actualité.

La Résidence.  Implantée au point le plus haut de Rabat, elle jouit d’une vue imprenable à 360°.

Son plan est composé suivant deux axes :

- L’axe Est/Ouest régit les accès et les  liaisons avec l’extérieur.

- L’axe Nord/Sud met en scène les espaces majeurs qui s’ouvrent au Nord, à travers un patio sur le Chellah et la vallée du Bou Regreg ; alors qu’au Sud, ils donnent sur un jardin à la française, conçu par Le Forestier, dominant  les villes de Rabat et Salé, les Oudayas et l’océan.

 Les nouveaux bâtiments de l’Académie. Implantés en contrebas du jardin à la française pour préserver la vue sur la ville à partir de la résidence, les bâtiments  épousent la topographie en pente du terrain. Ils sont pensés comme un organisme architectural ouvert lui assurant ainsi son évolution dans le temps. Ils sont régis sur les mêmes principes de composition que ceux de la résidence autour de deux axes principaux :

- L’axe Nord/Sud dans le prolongement de celui de la résidence,   organise les différents départements du programme de manière identifiable, à travers un parcours où une succession d’espaces sensoriels et généreux renvoient à des références empruntées à l’architecture traditionnelle et  réinterprétés.

- L’axe Est/Ouest régit les accès à l’instar de celui de la résidence. A son extrémité Est, il localise l’entrée principale et situe les entrées de service. à l’ouest

La résidence des étudiants. Située à l’Est des nouveaux bâtiments, elle s’organise autour d’un riad, comme dans les anciennes médersas. Certaines cellules réservées aux étudiants des arts plastiques disposent d’atelier privatif en duplex. Une maison existante à proximité sera restaurée pour accueillir  les espaces de vie en commun des étudiants.

  • Maître d'ouvrage : Palais Royal
  • Architecte : Sâd Benkirane avec la collaboration de Gregotti Associati International
  • Statut : Etude 2007